« Non… pas encore ! » – Formule FemmeCalm contre les infections urinaires

La santé urinaire est importante pour les femmes de tous les groupes d’âge

Les infections urinaires (IU) surviennent lorsque des bactéries (comme E. coli) se fixent aux parois des voies urinaires et commencent à se multiplier. La plupart du temps, les bactéries remontent jusqu’à la vessie, où l’infection se développe. Cette pathologie, qui porte le nom de cystite, ou inflammation de la vessie, se manifeste par les symptômes suivants : douleur ou sensation de brûlure lors de la miction, envie d’uriner fréquente, urine malodorante ou trouble, pression pelvienne et fatigue. Si elle n’est pas soignée, l’infection peut atteindre les reins et devenir plus grave.

Infections urinaires récurrentes

Un grand nombre de femmes souffrent de cystites ou d’IU à répétition, peut-être du fait d’un déséquilibre de la flore intestinale et vaginale causé par l’âge, le cycle menstruel, la contraception, la grossesse, des médicaments ou l’alimentation. Par ailleurs, en raison des changements hormonaux qui accompagnent la ménopause, les tissus du vagin, de la vessie et de l’urètre deviennent plus minces et plus secs, ce qui peut accroître le risque d’IU.[1]

Un des meilleurs moyens de prévenir l’IU est d’empêcher les bactéries d’adhérer à la paroi des voies urinaires.

Extrait de canneberge

La canneberge est bien connue pour sa capacité d’empêcher les bactéries pathogènes de se fixer à la paroi des voies urinaires, diminuant ainsi les risques d’IU.[2] En fait, des études cliniques portent à croire que cet effet serait attribuable à la forte teneur en proanthocyanidines de l’extrait de canneberge. Lors d’une étude, on a noté que 41 % des femmes aux prises avec une IU aiguë ayant reçu deux fois par jour entre 250 et 500 mg d’un extrait de canneberge ayant une concentration en proanthocyanidines normalisée à 1,5 % ont été complètement soulagées de leurs symptômes, et que les bactéries (E. coli) présentes dans les urines avaient diminué de 35 à 65 %.[3] La canneberge constitue une importante solution de rechange aux antibiotiques pour traiter les IU, car elle n’entraîne pas de résistance bactérienne aux médicaments et est très bien tolérée.[4]

BB536 probiotiques

Les probiotiques aident à rétablir la microflore intestinale après une antibiothérapie et sont favorables à la santé urinaire et vaginale des femmes à tout âge. À L’instar de la canneberge, ils empêchent les bactéries pathogènes d’adhérer à la paroi des voies urinaires, mais en plus, ils maintiennent un milieu acide qui fait obstacle à la prolifération des bactéries pathogènes. [5][6]

La Formule Voies urinaires fournit une dose efficace de 2,5 milliards de cellules bactériennes actives et 250 mg d’extrait de canneberge 36:1 par capsule. Il n’est pas nécessaire de la réfrigérer pour préserver l’activité des cultures bactériennes.

 

BB536 probiotiques

Les probiotiques aident à restaurer la microflore intestinale après une antibiothérapie et sont bénéfiques à la santé urinaire et vaginale des femmes à tout âge. À L’instar de la canneberge, ils empêchent les bactéries pathogènes d’adhérer à la paroi des voies urinaires, mais en plus, ils maintiennent un pH qui fait obstacle à la prolifération des bactéries pathogènes. Ils contribuent aussi à la digestion et à l’absorption des nutriments, et réduisent les problèmes de diarrhée et de constipation.

La Formule voies urinaires fournit une dose efficace de 2,5 milliards de cellules bactériennes actives et 250 mg d’extrait de canneberge 36:1 par capsule. Il n’est pas nécessaire de la réfrigérer pour préserver l’activité des cultures bactériennes.


[1] Mac Bride et al. (2010). Vulvovaginal atrophy. Mayo Clinic Proceedings, 85(1), 87-94.

[2] Hisano et al. (2012). Cranberries and lower urinary tract infection prevention. Clinics (Sao Paulo), 67(6), 661-8.

[3] Sengupta et al. (2011). A Randomized, Double Blind, Controlled, Dose Dependent Clinical Trial to Evaluate the Efficacy of a Proanthocyanidin Standardized Whole Cranberry (Vaccinium macrocarpon) Powder on Infections of the Urinary Tract. Current Bioactive Compounds, 7(1), 39-46.

[4] McMurdo et al. (2009). Cranberry or trimethoprim for the prevention of recurrent urinary tract infections? A randomized controlled trial in older women. The Journal of Antimicrobial Chemotherapy, 63(2), 389-95.

[5] Amdekar et al. (2011). Probiotic therapy: immunomodulating approach toward urinary tract infection. Current Microbiology, 63(5), 484-90.

[6] Chapman et al. (2013). Comparative in vitro inhibition of urinary tract pathogens by single- and multi-strain probiotics. European Journal of Nutrition, 52(6), 1669-77.